REVUE DE LITTERATURE TOUS DOMAINES6

25 January 2023
https://redacteurmemoire.com/wp-content/uploads/2023/01/pexels-pixabay-256161-1280x960.jpg

Obsession de nombreux étudiants, un mémoire de fin d’études est une entreprise complexe qui nécessite, avant tout, une compréhension claire de l’objectif final. Avant de penser à la collecte de données ou au modèle à utiliser, le premier goulot d’étranglement survient souvent lors de la rédaction d’une revue de littérature. Et pourtant, si une critique documentaire est demandée, ce n’est pas seulement pour vous rendre malheureux.

 

Mais qu’est-ce que la critique littéraire ? A quoi cela sert ? Et quelles sont les “astuces” pour rendre une critique littéraire plus ou moins juste ?

Attention : ceci n’est que mon avis et un conseil personnel (il existe différentes méthodes de travail), mais cela vous aidera un peu dans votre quête, surtout si vous êtes complètement perdu et ne savez pas par où commencer ni même quoi faire… Tellement bon ! Vous avez enfin identifié un problème peu cohérent… Maintenant que vous avez votre sujet, la deuxième phase d’une thèse consiste à effectuer une revue de la littérature.

Avant de vous lancer dans la recherche de dizaines d’articles savants liés à votre sujet, il est important de comprendre l’utilité d’une revue de la littérature (puisqu’encore une fois, on ne vous demande pas de le faire. C’est juste pour vous faire chier…). Le but d’une revue de la littérature est de résumer l’état actuel de la recherche pertinente à votre problème (= ce que d’autres ont fait/dit/trouvé) en demandant à l’équipe de recherche de suivre une certaine logique (= ne pas lister les textes un par un) afin pour finalement montrer à quel point votre recherche est intéressante et/ou innovante (= pas forcément révolutionner le monde, montrer que ce que vous faites à un intérêt minimal).

Il est également tout à fait normal que votre problème se développe plus ou moins fortement au fur et à mesure que vous lisez et écrivez la revue de littérature. Sur ce point, je sais que certains professeurs de thèse ne seront pas forcément d’accord, mais de par mon expérience relativement récente (j’ai eu le plaisir de faire un M2, donc un mémoire de fin d’études… et je dirige des thèses depuis quelques années en tant que doctorant-chercheur-enseignant…) Je trouve qu’il vaut mieux réorienter et/ou recentrer sa problématique après avoir déjà une bonne connaissance de la matière que vouloir à tout prix garder une problématique fondamentalement incohérente.

Au fur et à mesure de votre lecture, vous vous rendrez compte que les chercheurs ont écrit 50 000 articles qui répondent exactement à votre problème, que votre problème est trop large (problème extrêmement courant) ou ne peut pas être résolu car il ne s’agit pas simplement d’aucune donnée. Vous êtes également sûr de proposer de nouvelles idées, soit en identifiant des niches de recherche inexploitées, soit en vous appuyant sur les limites publiées dans les épilogues de divers articles (et en voyant avec quelle précision répondre à ces limites). Quoi qu’il en soit, reprenons à zéro.

Par conséquent, la première étape consiste à identifier les articles de référence pertinents pour votre problématique (= pour déterminer ce qui a été testé et les différentes conclusions). Pour cela, vous aurez deux nouveaux meilleurs amis : Google Scholar et SSRN. Pourquoi utiliser l’un ou l’autre de ces sites pour commencer votre recherche, au lieu de taper bêtement votre requête

dans la recherche Google ? Tout simplement parce que Google Scholar permet de trier les résultats de recherche par nombre de citations et SSRN par nombre de téléchargements. Alors, bien sûr, le nombre de citations n’est pas un gage parfait de la qualité d’un article, mais mieux vaut commencer par les articles “classiques”, plutôt que par un article qui ne précise pas clairement l’origine d’un chercheur.

Cela n’empêche cependant pas ce working paper d’être de grande qualité. Mais de toute façon vous ne pourrez jamais tout “lire”, alors autant vous concentrer sur des “canoniques” dans un premier temps (une question de probabilité/optimisation de vos recherches). Il est vraiment important de comprendre que la recherche académique est en partie basée sur le concept de citation (avec des problèmes potentiels que cela peut créer) : lorsqu’un auteur cite un autre article, alors (1) il accorde un certain degré de confiance à l’article qu’il cite, et (2) il indique que sa recherche est pertinente à la recherche de l’article cité.

Par exemple, disons que vous voulez étudier la finance comportementale. Réflexe n°1 : visiter Google Scholar et SSRN en saisissant la requête « finance comportementale », pour identifier les articles référencés dans le domaine. Malheureusement, la recherche universitaire en économie/finance se fait principalement en anglais, vous devrez donc vous habituer à lire dans la langue de Shakespeare.

https://redacteurmemoire.com/wp-content/uploads/2021/11/red-mem-e1638276804407.png
https://redacteurmemoire.com/wp-content/uploads/2022/01/Capture-décran-2022-01-03-à-02.59.28-1-640x110.png

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Suivez-nous sur:

https://redacteurmemoire.com/wp-content/uploads/2022/01/Capture-décran-2022-01-03-à-02.59.28-1-640x110.png

Copyright by Performance Consulting. All rights reserved.Design by K13 Design | Coumba Communication

1