ETAT DE L’ART DU MEMOIRE

25 January 2023
https://redacteurmemoire.com/wp-content/uploads/2023/01/AdobeStock_554295109_Preview_Editorial_Use_Only.jpeg
Introduction

La fin du cours est généralement accompagnée d’un exercice final. Dans certains cas, j’écris aussi des articles. Dans cet exercice, vous répondrez à des questions liées à votre domaine d’études. Pour y parvenir, vous devez passer par l’ensemble du processus. Cette étape critique demande beaucoup d’attention, de travail et surtout de méthodologie. L’une de ces étapes est la rédaction de l’art antérieur du papier.

 

Qu’est-ce que l’état de l’art ?

Par définition, l’état de l’art est un panorama de connaissances antérieures, un ensemble synthétisé de recherches, de modèles et d’avancées théoriques dans un sujet ou un domaine particulier. Le terme “état de l’art“, dérivé de l’anglais “state of the art”, reçoit des noms divers selon le domaine d’activité pratiqué.

La « pointe » dans le domaine de la recherche scientifique ou médicale.

Les “règles de l’art” en architecture, ingénierie, construction et travaux publics.

Ou encore des “études littéraires” dans le domaine scientifique.

L’état de l’art technologique est donc un travail théorique préparatoire indispensable à la rédaction d’un mémoire (en particulier d’un mémoire de maîtrise), dans le sens où ce dernier sujet peut s’inscrire dans les cadres théoriques existants et les divers travaux de recherche et analyses de son prédécesseur, avant même que la rédaction de l’article en question ne soit attaquée. Une lecture approfondie de livres, de sciences, de littérature et d’articles universitaires sur le sujet en question, ainsi que de bonnes compétences analytiques et synthétiques sont requises. La création d’état de l’art dans un domaine particulier consiste à rechercher toutes les informations existantes sur ce domaine de manière ciblée et exhaustive et à en faire une synthèse. Un état de l’art réussi permet de justifier l’objectivité, le caractère scientifique et surtout la pertinence de la problématique de l’article après sa réalisation.

 

Pourquoi faire un état de l’art d’un mémoire ?

Etape préparatoire à la rédaction d’une thèse ou d’un mémoire, c’est poser de bonnes bases de vos recherches et de vos travaux. C’est l’étape où il est important de mener des recherches approfondies sur le sujet de votre thèse. Il est également important de savoir que la technologie de pointe vous permet de vous concentrer sur votre sujet de recherche, d’éviter le plagiat ou de contester des recherches que quelqu’un d’autre a déjà faites. Une mise en œuvre correspondante de la dernière technologie permet :

Mettre l’accent sur les particularités du mémoire à réaliser (instant n+1). Cela nous permet de supposer que ceux-ci devraient fournir une percée dans la qualité conceptuelle et/ou opérationnelle.

Maîtrise du sujet d’étude, grâce à l’acquisition d’ouvrages antérieurs. Une proposition d’un (futur) chercheur pour une nouvelle avancée scientifique sur le sujet de la recherche.

Évitez de dupliquer ou de présenter des recherches existantes. Connaissant les recherches et les conclusions précédentes, les [nouveaux] articles soumis doivent contenir de nouveaux éléments et de nouvelles impulsions stimulantes au-delà des recherches précédentes.

Une définition simple de la problématique de l’article, une connaissance du sujet pouvant conduire à trouver des approches originales et nouvelles du sujet traité.

 

Où se situe l’état de l’art dans le mémoire ?

L’état de l’art se trouve généralement au début du document en raison de la nature préparatoire de l’article et de sa réflexion. Cependant, nous vous recommandons de vérifier les pratiques de votre institution ou professionnelle pour tout problème.

Méthodologie de rédaction de l’état de l’art d’un mémoire

De la description des composantes existantes

Rappeler la problématique

Soulever les hypothèses

Présenter les contextes de la recherche

Utiliser des références

De la dynamique du processus

Les différents services listés dans la phase de description n’ont pas vocation à être présentés de manière uniforme. Ce phénomène suit une évolution continue plutôt que linéaire. L’affichage de séquences structurées selon différents prismes de connaissance définis reflète différents sauts temporels (et éventuellement spatiaux).

 

Les différentes dispositions d’un état de l’art

La première qualité est l’organisation. Un résumé doit être créé qui décrit les étapes de mise en œuvre de l’état de l’art. Ainsi, vous pouvez facilement écrire de la prose, concevoir des cartes et dessiner des images. Sachez que la recherche documentaire est une tâche chronophage et délicate qui prend de nombreuses formes.

Il contient un résumé des résultats de recherche déjà effectués par d’autres chercheurs sur ce sujet. L’avancement de la quête nécessite la présence d’autres cartes. Pour une thèse (de maîtrise), un projet de recherche peut comprendre environ 30 études. La bibliographie comporte deux entrées qui résument les idées principales trouvées dans la recherche.

Des procédés pratiques pour mener une recherche :

Identifiez les concepts clés de votre sujet de recherche ;

Localiser les ouvrages et articles étroitement liés à votre sujet de recherche ;

Identifiez d’autres ouvrages ayant des rapports plus larges à votre sujet de recherche (en vous basant sur les hypothèses élaborées)

Alignez selon une disposition standard ou particulière les ouvrages à présenter dans l’état de l’art ;

Faites un résumé de chacun de ces ouvrages.

Vous pouvez décrire à la fin de votre état de l’art comment vous avez procédé, les problèmes rencontrés, les solutions apportées, etc.

Des éléments sensibles de l’état de l’art :

Les citations

Les noms des ouvrages ;

Les noms des auteurs ;

Les années d’édition des ouvrages.

Etc.

 

Quelles sont les étapes pour dresser un état de l’art de mémoire ?

Dresser un état de l’art se fait habituellement en trois (3) étapes :

 

1ère étape : La recherche bibliographique et l’identification de mots-clés

Celle-ci consiste à rechercher tous les documents, les informations sur les sujets de recherche et à définir leurs mots-clés. À ce niveau, les chercheurs doivent soigneusement sélectionner et évaluer leurs sources d’information, quel que soit leur domaine d’expertise. Il faut rappeler que les informations ou éléments faisant l’objet de la documentation du travail de thèse et sur lesquels s’appuie l’étude doivent provenir de sources scientifiques, statistiques, éprouvées ou validées par des pairs (déjà publiées).

Autrement dit, il doit être fiable et digne de confiance. Par conséquent, dans cette phase, l’évaluation des sources et la logique et les méthodologies utilisées sont essentielles pour une mise en œuvre correcte et systématique. Les chercheurs doivent se poser des questions telles que : Comment se procurer des textes, articles et ouvrages traitant du sujet d’étude ? Comment choisir une source bibliographique ? sur quels critères la choisir ? Comment s’organisent les données recueillies ? où se situent les limites de la recherche biographique ? Tout au long de l’étude, le chercheur doit constamment vérifier les progrès des connaissances sur le sujet de l’article. De nouveaux résultats non seulement enrichissent et mettent à jour les informations, mais ajoutent également de la crédibilité à l’approche de recherche choisie.

Triez ensuite ces mots-clés un par un de manière appropriée. Je recommande de commencer par les plus courants et de les affiner plus tard pour les rendre un peu plus pertinents par rapport au sujet. Trouvez des sources et des éléments bibliographiques pour des articles, des publications et d’autres résumés dans divers formats. Je dois être en mesure de fournir une liste de sources dans  le champ de recherche.

Les chercheurs de niveau master ou doctorat ont le droit de distinguer divers documents professionnels : bibliographies, ouvrages classiques, recensions d’articles vérifiées par des comités de lecture, sites institutionnels ou universitaires, documents d’archives, rapports savants, sources primaires, sources secondaires, etc. La duplication de la source est l’une des clés pour obtenir des indices sur où et comment les trouver. Vous devez également savoir rechercher plus de sources que vous ne pouvez en trouver par vous-même. Surtout, n’hésitez pas à rechercher un milieu académique et/ou professionnel, surtout si vous avez des collègues, professeurs ou experts qui peuvent vous aider dans ce sens.

Un directeur de journal peut également être un bon guide pour trouver des sources potentielles d’informations. Une autre méthode consiste à utiliser des plateformes de partage où des articles, des critiques et d’autres sources sont accessibles au public. Il existe des versions payantes et gratuites qui vous donnent un accès direct aux fichiers au format PDF. Par exemple, CAIRN, Érudit, la Persée des sciences humaines et sociales, Gallica, le catalogue de la Bibliothèque nationale de France, ou WorldCat, le catalogue des collections des bibliothèques du monde. La maîtrise de l’anglais est également un atout majeur pour accéder aux plateformes internationales telles que Jstor, Muse et IngentaConnect.

Veuillez noter qu’il est important de ne s’appuyer que sur des “sources fiables”. Aujourd’hui, surtout avec l’abondance de ressources disponibles et facilement accessibles sur Internet, il peut être difficile de faire la distinction entre le vrai et le faux. Nous nous noyons dans des réservoirs d’informations et de données. Cela peut être très fastidieux, mais il faut savoir les trier et ne garder que les plus pertinents.

 

2e étape : La lecture approfondie et critique des références et mots clés

Une fois que les mots-clés ont été identifiés et que les sources d’information les plus importantes telles que les titres, les auteurs, etc. ont été trouvées, l’étape suivante consiste à lire toutes ces informations en profondeur et à les réorganiser de manière critique et structurée, lire et commenter les différents éléments trouvés dans chaque référence, ainsi que présenter des questions clés et des réflexions personnelles sur chaque source.

En effet, la technologie de pointe n’est pas simplement une représentation des travaux antérieurs, mais aussi un exercice important dans lequel les limites de ces derniers doivent être démontrées. Grâce aux progrès du numérique, il existe des logiciels de gestion de référence (même gratuits) que de nombreux chercheurs utilisent. En particulier, non seulement il facilite la collecte et l’organisation des références, mais il facilite également l’organisation et la structuration des données obtenues. Lors de la conception de l’art antérieur, ils facilitent également le moulage. Les plus connus sont les français Zotero, End Note, Nvivo ou encore Mendeley.

 

3e étape : La synthèse des données

La mise en place de synthèse bibliographique permettra aux étudiants ou chercheurs de se retrouver facilement dans leurs analyses en fin de démarche. Il aura une vision globale mais précise de l’état de ses recherches. Il pourra également mieux se positionner ainsi que son public dans cet ensemble, et pourra établir, si nécessaire, des corrélations entre les agrégats réalisés pour l’aider à établir des bases solides pour ses (futurs) travaux de recherche. L’approche la plus simple consiste à mettre en place des pages de synthèse pour chaque répertoire ou source trouvée, une “page de lecture” en quelque sorte et dans laquelle elle peut apparaître :

Référence de la source (plus elle est précise, mieux c’est)

Un résumé des idées principales au fur et à mesure du problème identifié,

Des solutions proposées puisées du résultat obtenu

Il s’agit ici de relever les bornes de l’annuaire, en indiquant ce que les connaissances existantes ne répondent pas complètement à la question. Des questions importantes ou des réflexions personnelles ont été mises en place à l’étape précédente. Cette façon de s’organiser le rendra plus efficace et productif pour la suite du processus, et lui permettra donc de gagner un temps considérable à la rédaction de sa thèse. Une étape avantageuse qu’il ne faut pas oublier est de résumer les qualités dont vous avez fait preuve, malgré les difficultés notoires rencontrées. Cela démontre à quel point vous avez créé votre état de l’art avec sérieux.

 

Comment structurer l’état de l’art de mémoire ?

 

Au niveau de la forme :

L’état de l’art de la thèse ne dépend pas vraiment de la taille exacte. Lorsqu’il est complet et selon la complexité, l’importance ou la longueur de la thèse ou du mémoire, il peut compter jusqu’à dix pages. Encore une fois, pour chaque étape écrite dans la thèse, vous devez contacter votre établissement pour confirmer les échelles ou les cadres existants. Il faut aussi dire qu’il devrait y avoir une introduction dans laquelle sera posée la question de recherche qui guidera et reliera le travail de justification développé plus tard. Il doit également comporter à la fin, une conclusion pour exposer les enseignements de l’état de l’art et formuler les problèmes qui en découlent.

 

Au niveau de la structuration :

Pour éviter de présenter des informations collectées “en vrac” dans l’état moderne, un étudiant ou un chercheur doit les présenter de manière plus “ordonnée”. Il existe de nombreuses classifications différentes, le choix doit correspondre à la classification qui convient le mieux au type de sujet, au sujet de recherche et à la présentation optimale pour les types de sources citées :

Par ordre chronologique : le principe est de mettre en évidence l’évolution des recherches passées, en partant de l’étude la plus ancienne jusqu’à la plus récente.

Thème : il s’agit de classer différents éléments selon le thème principal, soit en allant du plus général au plus précis, du sous-thème au thème principal, soit en les comparant en faisant ressortir les différences entre les idées ou points de vue, leurs convergences et leurs différences.

 

Méthodologie : le principe est de distinguer les différentes méthodes menant au sujet, des questions, avec leurs avantages comme leurs inconvénients.

Par type de source : il s’agit de spécifier les éléments par source primaire ou secondaire.

 

CONCLUSION

L’état de l’art d’une thèse ne s’applique pas à la phase dite « de documentation » de l’initiation à la recherche : la documentation comprend l’initiation, l’enrichissement des informations du chercheur, la mise à disposition de ressources pour se lancer, élaborer les grandes lignes de sa démarche ; L’état artistique de la thèse est constitué comme un référentiel de connaissances en démontrant clairement la synthèse chronologique de la dynamique du processus avec une citation dynamique de tous les facteurs pertinents en perspective, pour démontrer l’inventivité conceptuelle et opérationnelle envisagée dans la thèse In Development.

C’est un exercice qui demande sérieux et rigueur. Rappelez-vous que les auteurs cités dans le document peuvent le lire à tout moment. Par conséquent, l’analyse et l’évaluation doivent être appropriées et objectives. Les différents outils mis en évidence dans ce guide sont essentiels pour faire un travail scientifique (moderne). Ils incitent le chercheur ou l’étudiant à élaborer une bibliographie analytique et sa place dans le champ scientifique. De plus, la technologie d’aujourd’hui fournit au chercheur des outils numériques qui lui permettent de collecter rapidement des données pertinentes et pertinentes.

Demander gratuitement un devis pour la rédaction de mon mémoire

https://redacteurmemoire.com/wp-content/uploads/2021/11/red-mem-e1638276804407.png
https://redacteurmemoire.com/wp-content/uploads/2022/01/Capture-décran-2022-01-03-à-02.59.28-1-640x110.png

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Suivez-nous sur:

https://redacteurmemoire.com/wp-content/uploads/2022/01/Capture-décran-2022-01-03-à-02.59.28-1-640x110.png

Copyright by Performance Consulting. All rights reserved.Design by K13 Design | Coumba Communication

1